Après-midi portes ouvertes : mercredi 4 septembre 2019 de 14h30 à 19h

Début des cours : Lundi 9 septembre 2018

Lundi

NOUVEAU !

LUNDI 14h30-17h30 : Entre musique absolue et interprétation musicale – Quatre contributions à la réflexion sur la musique aux 19ème et 20ème siècles. (1er semestre)

Enseignant : Marcello Ruta, docteur en philosophie, enseignant de philosophie à l’Université de Berne (Allemagne) et de Fribourg (Suisse)

Deux notions clés de la réflexion sur la musique qui s’est développée dans ces dernières deux siècles, à savoir les notions de musique absolue et de interprétation musicale, semblent être incompatibles. Si d’un côté la musique absolue se comprend comme la musique qui, de façon éminente, ne signifie rien ; et si, de l’autre côté, tout acte interprétatif semble présupposer, plus au moins explicitement, la notion herméneutique de compréhension, on peut légitimement se poser au moins les questions suivantes : qu’est-ce qu’il y a à comprendre dans un art sans signification ? Et s’il n’y a rien à comprendre, comment poser des critères interprétatifs ? Quel sens donner à l’idée de compréhension d’une œuvre musicale ? La question n’est-elle finalement pas celle de savoir si une discipline comme celle de l’herméneutique musicale ne court pas dès le début le risque de l’oxymore ?

L’idée à la base de ce cours est celle de prendre connaissance de ces deux perspectives de réflexion sur la musique, à partir de la lecture de textes de quatre auteurs, qui, depuis des situations linguistiques et culturelles différentes, sont strictement liées à l’environnement culturel juif. Le cours va se diviser idéalement en deux parties : La première, focalisée sur des textes de Moses Mendelssohn et Hermann Cohen, consacrée à la question de la musique absolue, la deuxième, attachée aux textes de Theodor W. Adorno et René Leibowitz, à celle de l’interprétation musicale.

Chaque séance va se composer de trois heures, dans lesquelles on va lire et commenter le texte en question, le discuter avec les participants, et écouter des exemples musicaux relatifs aux contenus de la séance. Ci-dessous le plan du Cours (la séquence lecture-discussion-écoute n’est pas définitive, comme la partition temporelle de chaque séance)

Dates : 7 octobre, 4 novembre, 18 novembre et 9 décembre 2019.


Servitude et libérations dans L’Ethique de Spinoza 18h00-20h00 Cours hebdomadaire assuré au 1er semestre (12 séances)
Géraldine ROUX

Baruch Spinoza (1632-1677) est un des pères fondateurs des Lumières occidentales. Il a composé un traité comme un mode d’emploi de libération de la servitude, quelle qu’elle soit. Nous sommes, la plupart du temps, gouvernés par nos émotions. Comment les canaliser, en faire des instruments non de destructivité mais de vie ? Le cours propose une lecture suivie des 4e et 5e parties de l’Ethique proposant un cheminement de la servitude à la liberté humaine.

Bibliographie :

  • Spinoza, Ethique, Seuil, Point, « Essais », traduction Bernard Pautrat, 2010.
  • Spinoza, Correspondance, GF-Flammarion, traduction Maxime Rovere, 2015.
  • Paolo Christofolini, Chemins dans l’Éthique. Paris, P.U.F., 1996.
  • Denis Collin, Libre comme Spinoza. Une introduction à la lecture de L’Ethique. Paris, Max Milo, 2014.
  • Chantal Jaquet, L’unité du corps et de l’esprit : affects, actions et passions chez Spinoza. Paris, PUF, 2015.
  • Robert Misrahi, 100 mots sur l'”Éthique” de Spinoza. Paris, les Empêcheurs de penser en rond, 2005.
  • Steven M. Nadler, Spinoza: une vie. de l’anglais par Jean-François Sené. Paris, Bayard, 2003.

Géraldine ROUX est docteur et enseignante en philosophie, chercheur associée au Laboratoire d’Etudes des Monothéismes (CNRS) et directrice de l’Institut Rachi.


18h-20h : Arabe littéral  (niveau 3) Madame Rouba ALMHANA

Cours hebdomadaire assuré toute l’année (24 séances)

Pour des personnes ayant déjà de solides bases…

Maîtrise du système graphique, de l’écriture, de la lecture.

Dans le cadre de l’enseignement de la civilisation, seront abordés les influences et les périphéries des langes sémitiques (araméen, judéo arabe, judéo espagnol, yiddish, arabo andalou, etc…)

Rouba ALMHANA est professeur de langue arabe au lycée Marie de Champagne.


La mort, le temps et l’éthique. Une introduction à la philosophie d’Emmanuel Levinas 18h00-20h00.

Cours hebdomadaire assuré au second semestre (12 séances)
Madame Géraldine ROUX

Nous employons parfois des concepts lévinassiens dans la langue courante comme le Visage, rompre la Totalité, etc. Mais que décrivent-ils ? A quelle expérience non seulement de pensée mais de vie renvoient-ils ? La philosophie d’Emmanuel Levinas (1906-1995) ne consiste pas à partir d’une réalité pour en donner sens par des concepts mais à sans cesse déconstruire les concepts de la philosophie depuis des expériences phénoménologiques échappant à la totalisation du sens, à la catégorisation. Ce cours visera à découvrir la démarche lévinassienne depuis ses réflexions sur le temps, la mort, le prochain, le Visage et ce qu’on nomme souvent très rapidement l’éthique. L’éthique consiste-t-elle à avoir une « bonne » conduite ou est-elle une transgression qu’aucune morale ne serait en mesure de récupérer ?

Bibliographie sélective :

  • Totalité et Infini : Essai sur l’extériorité, Le Livre de Poche, 1991.
  • Difficile liberté, Le livre de Poche, 2003.
  • Le Temps et l’Autre, PUF, 2011.
  • Autrement qu’être ou Au-delà de l’essence, Le Livre de Poche, 1990.
  • La Mort et le Temps, Le Livre de poche, 1992.
  • Dieu, la mort et le temps, Grasset, 1993.
  • Éthique et Infini, (dialogues d’Emmanuel Levinas et Philippe Nemo), Le Livre de Poche, 1984.

Mardi

Lire la Bible avec Rachi – livre étudié : Esther

Cours hebdomadaire assuré toute l’année (24 séances) sous la responsabilité d’Armand Abécassis.

Exceptionnellement le jeudi de 16h à 18h avec Jérôme Benarroch 

Rachi, à l’aube du 2e millénaire, s’est nourri, dans ses années de jeunesse, des nouvelles méthodes d’interprétation de la Torah, inaugurées en Andalousie, en Italie et en Allemagne. Il les a apprises avec ses maîtres de Mayence, Worms et Spire. Jusque-là, la Torah était lue de manière dialectique, servant de mode d’emploi à l’usage quotidien, depuis sa lecture globale, sans réflexion réelle sur son texte et son mode d’écriture. Ces nouvelles écoles s’attachent alors à introduire une méthode scientifique de lecture : comparer les manuscrits pour repérer les erreurs de copistes et les difficultés de sens, étudier la morphologie des mots, leurs racines, recopier tous ces textes et en faire un manuscrit unique depuis le regroupement des autres manuscrits. La révolution de l’an mille est la découverte de la philologie. Prendre le texte au sérieux et lui découvrir son sens propre et non tel qu’on voudrait qu’il soit. De cet enseignement, Rachi développe sa propre méthode d’interprétation : clarifier les obscurités de la Torah pour que même un enfant de huit ans soit capable de la lire, depuis le Texte, sans en sortir. Ce n’est pas à nous d’ajouter du sens au Texte, c’est le Texte qui nous parle. C’est là, la révolution Rachi et depuis nous ne pouvons plus lire la Torah sans son éclairage qui nous en ouvre le sens.

Intervenants principaux :

Jérôme Benarroch : agrégé de lettres modernes et docteur en philosophie

Emmanuel Bonamy : professeur de philosophie, Paris

Rosine Cohen : enseignante et professeur de pensée juive

Ivan Segré : Docteur en philosophie et talmudiste

Liliane Vana : docteur en sciences des religions et philologue

Madalina Vartejanu Joubert : Maître de conférences à l’Inalco


Mercredi

Hébreu biblique : lectures et commentaires. 10h00-12h00

NOUVEAU Cours hebdomadaire d’hébreu biblique.
Monsieur Michaël Charny
Ce cours sera composé de deux volets principaux, afin, au long de l’année, faire découvrir cette langue à de grands débutants, tout en permettant à des auditeurs plus avancés, de parfaire leurs connaissances : l’approche linguistique et l’approche
exégétique du texte biblique. Sur le plan linguistique il permettra à de grands débutants
d’acquérir les bases de l’hébreu biblique : la lecture et l’écriture, la grammaire et la syntaxe, ainsi que l’utilisation d’un dictionnaire bilingue.
Un approfondissement linguistique sera proposé aux auditeurs plus avancés.
Sur le plan exégétique il proposera à l’ensemble des auditeurs une approche pluridisciplinaire qui s’intéressera aux aspects littéraires, historiques et philologiques des textes à travers des commentaires anciens et modernes.
2 niveaux en alternance :

  •  Grand débutant (aucune connaissance de la langue)
  • Confirmé

Manuel utilisé : “L’hébreu biblique en 15 leçons” de Sophie Kessler-Mesguich.
Michaël CHARNY est enseignant d’hébreu à l’Oulpan Millangues, étudiant en master d’études juives et hébraïques de l’Université Paris VIII, comédien, écrivain et acteur.

Les horaires seront précisés à la rentrée 2019.


Langues sémitiques : Hébreu moderne et arabe littéral

Cours hebdomadaire assuré toute l’année

Cours d’initiation à l’hébreu moderne ou à l’arabe littéral passant par la maîtrise du système graphique, de l’écriture, de la lecture et de notions grammaticales basiques jusqu’à une maîtrise plus poussée de la langue. La découverte de ces langues sera solidaire de leur approche civilisationnelle. Dans le cadre de l’enseignement de la civilisation, seront abordées les influences et les périphéries des langues sémitiques (araméen, judéo arabe, judéo espagnol, yiddish, arabo andalou, etc.)

Arabe littéral – Madame Rouba ALMHANA

Initiation pour enfant à l’arabe littéral : 13h-14h  NOUVEAU !

Arabe littéral niveau 2 : 14h-16h

Arabe littéral niveau 1 : 17h-19h

Attention : Les cours « niveau 3 » seront assurés le lundi de 18 à 20h

Rouba ALMHANA est professeur de langue arabe au lycée Marie de Champagne.


Hébreu moderne – Monsieur Michaël Charny

Hébreu moderne niveau 2 : 12h-14h

Hébreu moderne niveau 1 : 15h-17h

Hébreu moderne niveau 3 : 17h-19h

Michaël CHARNY est enseignant d’hébreu à l’Oulpan Millangues, étudiant en master d’études juives et hébraïques de l’Université Paris VIII, comédien, écrivain et acteur.


Jeudi

Judaïsme et Islam : confluences 11h30-13h30

Thème de l’année : Que signifie “être radical” ?
Cours assuré au 2è semestre (12 séances, soit 24h de cours)
En partenariat avec le Centre des Etudes arabes et orientales de l’Université Paris-III Sorbonne
Sous la direction de José COSTA

Thème de l’année : L’image. Peut-on matérialiser l’immatériel ?

Ce séminaire  propose une réflexion sur les pensées et philosophies juives et musulmanes, principalement dans le bassin méditerranéen, au Moyen-âge. Nous ouvrirons cette réflexion à l’époque contemporaine, autour du thème de « l’image ». Peut-on matérialiser l’immatériel ?

Le programme sera précisé ultérieurement.


NOUVEAU ! JEUDI 17h-19h : Regards sur l’affaire Dreyfus. Des faits à leur transmission

Sous la direction de Jean-Michel Pottier

Toute l’affaire Dreyfus dépend de l’écrit : du bordereau accusateur au J’Accuse d’Émile Zola, des articles de presse aux romans fondés sur l’histoire de l’Affaire, des lettres de Dreyfus à celles de Zola, de la sténographie du procès aux thèses développées ici ou là. Cette dimension de l’écrit n’est pas sans signification. L’écrit fixe le réel, l’écrit scénarise le réel, l’écrit installe une mémoire, l’écrit appelle une lecture et donc une interprétation.

Le prix qu’on attache dans notre société à l’écrit a failli coûter sa liberté et sa dignité à un homme ; l’écrit a entraîné la chasse à l’écrivain Zola et, sans doute, un journal bourré dans sa cheminée a-t-il été la cause de décès de l’écrivain. C’est par l’écrit au sein des pétitions et dans les correspondances, enfin, qu’il a été possible de soutenir Zola ; c’est par l’écrit qu’il a été possible de réhabiliter l’innocent.  Toutes les formes et toutes les fonctions de l’écrit ont donc trouvé leur place dans un moment où un pays connaît une situation de fragile équilibre. L’Affaire pose donc par là même la question cruciale de la transmission : comment les faits sont-ils diffusés, représentés, enseignés ? Quelles valeurs sous-tendent les prises de position et l’engagement des acteurs ? Que nous apprend cette Affaire sur notre temps présent ?

C’est cette variété de formes, de configurations et d’éclairages qu’il s’agira de mettre en lumière au cours des séances et des conférences proposées.  Chaque séance abordera une question ; elle sera suivie d’un temps de discussion qui permettra de la compléter.

Proposition de Planning

(l’ordre des séances sera définitivement établi au début du second semestre 2019-2020)

Cours et débats
1 Histoire d’un soldat (1) -Le rappel des faits Cours
2 Histoire d’un soldat (2) Cours
3 L’Affaire des écrivains (1) (Proust, Martin du Gard, France, Péguy, Aragon) Cours
4 L’Affaire des écrivains (2) Cours
5 L’Affaire dans les Arts graphiques (dessin, caricature et bande dessinée). Cours
6 Les femmes dans l’Affaire : un journal féministe dans l’Affaire. Cours
7 La question de la presse : une déclinaison auboise au sein de la presse locale – L’itinéraire de Paul Meunier Cours (O. POTTIER)
8 L’affaire Dreyfus et sa transmission à l’école. Cours
9 L’affaire Dreyfus : de bien curieuses rencontres. L’avenir de l’Affaire. Cours
Conférences et débats
10 Alain PAGÈS (université de Paris III et Centre Zola – ITEM-CNRS) Conf : le cinéma dans l’Affaire
11 Jean-Yves MOLLIER (Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines – Centre d’histoire culturelle). Conf :

l’histoire culturelle de l’antisémitisme

12 Jean-Sébastien MACKE (Centre Zola – CNRS-ITEM) Conf : La musique de l’affaire Dreyfus

Le schéma proposé est susceptible d’être adapté en fonction des réponses des intervenants sollicités.

Jean-Michel Pottier est maître de conférences en littérature à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre de l’Équipe Zola de l’Institut des textes et manuscrits modernes (Item) du CNRS