Ce début de XXIe siècle est marqué par de multiples crises écologiques, économiques, sanitaires. Elles viennent remettre en cause nos croyances fondamentales dans le progrès scientifique et technique, dans l’économie de l’offre et dans la réduction de notre environnement à des ressources exploitables à l’infini. La crise de la Covid-19 a ainsi brutalement et tragiquement heurté l’idée que le bonheur d’une société dépend de la quantité de biens et de services qu’elle produit et consomme.

Pour sortir de cette crise, faut-il relancer la machine et nous remettre à “consumer” les écosystèmes et les êtres ? Ou bien nous appuyer sur ce que le confinement nous a révélé comme le plus nécessaire : la valeur intrinsèque de la vie et cette vérité essentielle qu’elle est trop fragile et précieuse pour en “faire rien” ?

Peut-être devrions-nous saisir cette occasion pour repenser notre rapport au travail et à la consommation, notre éthique et notre politique : “ne rien faire” plutôt que “faire rien”. Et si l’oisiveté pouvait servir de principe à la construction d’un futur plus désirable pour l’humanité et notre planète ?

Thomas Schauder est professeur de philosophie au Lycée Chrestien de Troyes et bibliothécaire de l’Institut Rachi. Il est également chroniqueur au Monde Campus et publie La société de consumation. Pour une politique de l’oisiveté (Marie B eds, Lignes de repères, 2020).

Il n’est pas nécessaire de posséder une webcam pour suivre ces activités en direct. Une personne de l’institut Rachi pourra, sur demande, aider à l’utilisation du logiciel Zoom.

La conférence est gratuite et ouverte à tous, sur inscription par mail : contact@institut-rachi-troyes.fr